Faut-il se méfier de certains e-liquides ?

se méfier de certains e-liquides

Publié le : 11 novembre 20164 mins de lecture

Un article publié dans le magazine le Mirror aux Etats-Unis annonçait que les arômes utilisés dans les e-liquides endommageaient les poumons. Ces affirmations auraient été basées sur une expérimentation faite sur des souris par l’université du Rochester Medical Center à New York. Cependant, le média britannique rappelle que l’e-cigarette reste moins nocive que la fumée du tabac. Faut-il alors se méfier des e-liquides ?

Les arômes naturels sont-ils plus sains ?

Pas forcément puisque les arômes naturels ou artificiels sont fabriqués sous un support spécial fait de gomme, d’éthanol, de sirop de sucre, de PG, d’acétine et d’huile. Ils contiennent également plusieurs molécules aromatiques comme les cétones, les terpènes, les thiols ou encore les pyridines. Pour des raisons de santé, il convient donc de savoir les produits de réaction durant la pyrolyse des composés aromatiques et s’ils présentent un risque pour l’organisme. Les arômes de synthèses sont quant à eux constitués d’exhausteurs comme l’éthyl maltol, l’acétine, l’éthylvaniline, l’acide malique ou encore le glutamate monosidique. Outre ces composants on trouve aussi les traces de quelques acidifiants à ne citer que l’acide citrique et l’acide lactique pouvant produire des composés chimiques qui sont potentiellement toxiques pour l’estomac.

L’e-liquide disposant d’arômes naturels est certes exempt d’exhausteurs et de conservateurs toutefois, la présence et la concentration de quelques composés doivent être étudiée pour ne pas prendre le risque d’être malade. La pulégone, une molécule mono-terpénique que nous pouvons trouver dans plusieurs variétés de menthe fait par exemple partie des composés hépétotoxique, car elle peut se décomposer en menthofurane. Au vue de ces différents éléments, il est important de bien choisir son e-liquide, car le système respiratoire ne présente pas d’enzymes puissantes ou encore des voies métaboliques qui facilitent le détoxification contrairement au système digestif. Il convient de garder à l’esprit que les arômes alimentaires qui ont été prévus pour l’ingestion peuvent être toxiques au moment de l’inhalation.

Les molécules aromatiques à éviter

Le diacétyle est le composant qu’il faut éviter dans l’élaboration des e-liquides, car l’inhalation répétée peut engendrer des bronchiolites très graves. Une étude réalisée par le Dr Farsalinos révèle également que les liquides qui contiennent des arômes obtenus avec des techniques de macération présentent un fort risque cytotoxique. Ce risque est corrélé au type de tabac utilisé ainsi que la technique de macération pratiquée. Il faut enfin éviter les molécules qui sont classés comme étant allergènes. Il peut s’agir du benzyl benzoate et cinnamate, du linalool, ou encore de l’eugenol. Pour conclure, il est donc nécessaire d’être prudent et de choisir judicieusement son e-liquide pour minimiser les risques.

Plan du site